Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer
Mis en avant

Lise Robichaud « La fleur du temps »

Du 18 Novembre au 14 Décembre 2022


Cette exposition , qui raconte une histoire d’amour , fut réalisée dans un contexte de deuil. L’installation « La fleur du temps » est à la mémoire du poète acadien Raymond Guy LeBlanc (1945-2021) qui a écrit : « Comment laisser vibrer dans le flux des mots qui sautent tels des oiseaux/ Ce paysage où je ne suis plus qu’une fleur dissimulée dans la verdure du champ ».

En montre à la Galerie 12 18 nov au 14 décembre 2022 (Rencontre avec l’artiste: dimanche le 20 novembre à 13h30)

Meeting with the artist Sunday Nov 20 at 1:30pm


Publicité
Mis en avant

Natalie Legere

Du 21 Octobre au 16 Novembre 2022


Natalie Legere : Impressions : Mandalas de natures mortes

« Mes tableaux sont des représentations poétiques de la nature et de l’ésotérique. Ce qui m’intéresse est la capacité qu’à la couleur de rappeler des souvenirs, des émotions, et créer des mondes. J’ai remarqué par exemple que mes choix de couleurs changent selon les saisons, mes voyages, et mon état d’esprit. J’essaye d’exprimer avec sensibilité et réflexion le spectre complexe d’émotions et de pensées qui m’habite en utilisant des combinaisons de couleurs informées de mes expériences sensorielles »

Impressions: Mandalas from Still Life
Impressions: Mandalas de Natures Mortes
Compassion (digital art)

Dans cette exposition, Natalie Légère: Impressions: mandalas de natures mortes, je propose des peintures de natures mortes faites le soir en début d’automne, figurant des chandelles, des plantes, et surtout des tournesols, et, je présente avec elles des œuvres digitales de mandalas imprimées sur toiles.

Les natures mortes sont peintes Alla Prima, d’un seul coup, et je les ai fait avec une certaine rapidité, employant des techniques impressionniste, célébrant la couleur, et une application généreuse de la peinture à certains endroits, avec une gestuelle expressive. L’objectif n’est pas la perfection, mais l’expression d’une émotion et d’une passion pour la couleur observée.

Les toiles Mandalas sont des œuvres digitales créées par la manipulation de photos de ces peintures. Utilisant des outils électroniques pour exprimer autrement les idées et les émotions ayant inspirées les peintures de natures mortes, je crée des œuvres indépendantes de leur source picturale tout en développant l’idée poétique de la peinture originale.

Je présente ces deux collections ensemble pour démontrer la genèse des œuvres digitales et souhaitant présenter autrement les idées qui ont inspirées chacune des peintures de natures mortes dans les images fractales correspondantes.


Guillaume Desrosier Lépine

« Des miroirs de plumes dans les racines de la Forêt »
10 au 22 août 2022
Finissage : 20 août 2022

Mes recherches en arts visuels révèlent l’aspect fluide et mobile de mon idéaltype de la peinture.  Ma pratique picturale tire parti des possibilités qu’elle entretient avec les outils et les matériaux qui l’animent. Elle est une oscillation entre image et peinture, un parcours sans commencement ni fin qui se dessine et se renverse dans l’exercice même de sa mise en marche: essayer, rater, réessayer. Par des gestes simples et des techniques plus ou moins sophistiquées, je fabrique des surfaces complexes pour révéler la plasticité constitutive de l’expérience picturale. Pour ce faire, j’utilise la matérialité de la couleur, la malléabilité de la forme, la densité de l’espace et le grain de la surface.  

Inspiré par le travail de montage des artistes iconographes du XXet du XXIe siècle et la notion de requalification des savoir-faire manuels(reskilling), je développe un projet pictural polymorphique et pluriel qui reflète la diversité de la production picturale contemporaine. 

Par des jeux de libre association et de comparaison, je tisse des complexes et des constellations à l’intérieur de mon travail pictural pour en révéler des contrastes et des contradictions. Ce faisant, je questionne la progression linéaire de ma pratique picturale et j’affirme une identité pendulaire : entre ceci, entre cela. Dans le faire, le défaire et le refaire, mon travail renvoie constamment au tableau possible comme au tableau achevé, je développe par là un projet pictural poétique et généreux qui évoque le surplus imagier qui habite notre monde tout en réfléchissant au rôle de la peinture dans notre expérience post-internet des images.

http://www.guillaumelepine.com

La preuve de vaccination est obligatoire ainsi que le port des masques.

Lire la suite « Guillaume Desrosier Lépine »